Anjou Coteaux de la Loire

Anjou Coteaux de la Loire

Terroir et climat propices

Partie intégrante de l’Anjou noir, l’aire s’étend sur le Sud Est du Massif Armoricain avec des sols bruns peu profonds. Le terroir ainsi délimité correspond à une situation de coteaux bien exposés et ventilés qui favorisent la précocité de la végétation et permettent l’obtention de vendanges surmûries.

 

L’histoire de l’Anjou Coteaux de la Loire

Si l'historique du vignoble de l'Anjou remonte au IXème siècle, la mention précise du vignoble des « Coteaux de la Loire » apparaît pour la première fois en 1749 dans le « Traité sur la nature et la culture de la vigne » de Messieurs Bidet et Duhamel de Monceau.

Un mémoire en Conseil d'Etat, concernant des mesures administratives prises en 1804, nous apprend que cette région ne produit que des vins blanc. Ce mémoire fait aussi référence à la Belgique qui, à cette époque, est friande des vins des « Coteaux de la Loire ». Plus récemment, en 1842, M. Auguste Petit-Lafitte indique que : « Le Chenin est le cépage qui en fait le fond. »

 

L’Anjou Coteaux de la Loire

Doté d’une robe jaune aux reflets vert et d’un nez charmeur et subtil, sa bouche ferme offre des arômes exotiques.

 

Des accords mets et vins d’exception

Idéal en apéritif, avec des bouchées à la reine ou sur du poisson en sauce crémée

En chiffres

Production annuel :

800 hL sur 30 ha soit 106 660 bouteilles par an environ
Production annuel :
35 hL/ ha

10
producteurs